Embaucher un salarié au SMIC : combien ça coûte charge comprise ?

Envisager des embauches ne doit surtout pas se faire au hasard. L’entreprise a intérêt à prendre en compte le coût du salarié avant de faire un recrutement, car cette information va avoir un impact sur le budget prévisionnel surtout si c’est un commercial ! Le coût d’un employé ne se limite pas au salaire. Il existe beaucoup d’autres éléments qui doivent être intégrés dans le calcul parmi lesquelles figurent les charges directes et indirectes.

Le SMIC en France

Le SMIC équivaut au salaire minimum légal que doit toucher un salarié. En dessous du seuil imposé, il n’est pas possible de rémunérer un employé. Cette valeur s’applique à tous les salariés majeurs et si l’entreprise va à l’encontre de cette loi, elle peut être condamnée à une amende de 1500 euros qu’elle devra régler auprès du salarié en question. Des dommages et intérêts peuvent également être exigés. Cette notion de SMIC ne s’applique pas à certaines catégories de travailleurs à l’instar des VRP (Voyageurs représentants placiers) qui ne sont pas soumis à des horaires de travail. Au 1er mai 2022, une nouvelle revalorisation du SMIC a été opérée par l’État. Désormais, un Smicard gagne 10,85 euros de rémunération brute par heure, 1645,58 euros par mois ou 19 747 euros par an. Après déductions des cotisations salariales, le montant net est de 8,58 euros par heure, 1302,64 euros par mois et 15 631,75 euros par an. Il est pertinent de savoir que la revalorisation de ce SMIC s’effectue chaque année au 1er janvier et est calculée sur la base de l’inflation étudiée sur 20% des ménages dans le pays. La revalorisation peut également s’opérer au cours de l’année en cas de hausse de 2% de l’indice des prix de la consommation ou tout simplement sur une décision du gouvernement.

Les coûts directs générés par un salarié

Pour connaître le coût pour l’entreprise d’un salarié au SMIC, il est nécessaire de prendre tout d’abord en compte les charges directes. Il est question ici des charges patronales couvrant les prestations sociales de l’employé et qui doivent être réglées obligatoirement par l’employeur. Parmi elles figurent entre les cotisations de l’assurance chômage, des allocations familiales, de l’assurance vieillesse, des maladies professionnelles et accidents de travail et de la retraite complémentaire. À cette liste s’ajoutent les cotisations sur la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, pour la formation professionnelle, pour le Fonds national d’aide au logement (Fnal), les taxes d’apprentissage ou les taxes sur les salaires. En moyenne, il est estimé que le montant de ces charges patronales représente 25% à 40% du salaire brut. Ainsi, si ces coûts directs sont par exemple d’une valeur de 559 euros et que l’employé gagne chaque mois un salaire de 1 302,64 euros, il coûtera au total 1861 euros à son entreprise (559 + 1302). Toutefois, il existe des employeurs recrutant au SMIC qui ont droit à des exonérations sur certaines charges sociales. Cet avantage fiscal leur permet d’alléger le montant total de ces charges patronales.

D’autres coûts à prendre en considération

Un employeur ne doit pas non plus négliger les coûts indirects engendrés par l’embauche d’un salarié. Parmi eux figurent les dépenses de recrutement qui comprennent les entretiens et la diffusion des offres d’emploi sur les divers supports. Il existe également les coûts de formation qui englobent l’initiation aux méthodes et outils de travail de l’entreprise et à la formation aux compétences. Les coûts des équipements ne sont pas non plus à négliger : ordinateurs, bureau, smartphone, etc. En outre, le budget prévisionnel doit inclure les titres-restaurants pris en charge à 50 et 60% par l’employeur. Les frais de transport font l’objet d’un remboursement à hauteur de 50%. L’entreprise peut aussi prévoir les primes payées lors d’évènements spécifiques.

Comment faire baisser le coût d’un salaire au SMIC ?

Pour réduire le coût d’un salarié, l’employeur peut adopter certaines stratégies comme confier le travail à un micro-entrepreneur ou un freelance, utiliser des plateformes de services ou penser au contrat d’apprentissage. Recruter une personne pour les travaux d’innovations donne aussi accès à un crédit d’impôt contribuant à faire baisser le coût du salaire. Les employeurs ont aussi droit à des dispositifs d’exonération ou de réduction de charges : exonération pour le statut de Jeune entreprise Innovante, exonération pour les sociétés d’aides à domicile agréées par l’État, exonération pour les entreprises implantées dans certaines zones prioritaires comme les zones franches urbaines, les zones d’aides à finalité régionale, etc.

Ajouter un commentaire

A découvrir